Visite du Roi Baudouin des Belges 1955

Le Roi Baudouin signant le Livre d'Or du Collège Notre Dame de la Victoire

ALFAJIRI : HISTOIRE D'UNE ETOILE DU MATIN...

 

 


Sur demande, en 1938, du Ministre des colonies d’organiser à COSTERMANSVILLE un collège pour garçons, Mgr LEYS, Vicaire Apostolique du Kivu, entreprit des démarches auprès des jésuites pour demander leur concours. Faute de personnel disponible, ces derniers ne purent accepter cette charge immédiatement. En fin octobre 1938, Mgr LEYS décida de commencer le collège avec son personnel, les Pères Missionnaires d’Afrique. Le collège ouvrit ses portes le 7 décembre 1938 sous le nom de « Collège Saint Charles », à côté de la KAWA (actuel Place de l’Indépendance). Le Père MOSMANS M. Afr. fut le recteur du collège Saint Charles.

 

La première année scolaire 1938-1939 se termina avec quatorze élèves. Dans son souci de construire le collège définitif, Mgr LEYS écrivit au Recteur du collège jésuite de Léopoldville pour avoir un spécimen des plans du collège Albert (actuel collège Boboto) et de la documentation. La réponse vint avec une lettre du Délégué Apostolique annonçant l’arrivée incessante des jésuites, et donc demandant de suspendre toutes les démarches entreprises en vue d’un collège définitif. En mars 1941 le Père MONNENS SJ fut chargé des constructions du collège définitif au site de NYALUKEMBA. La première pierre fut posée en juillet 1941. En septembre 1941, le collège Saint Charles, dirigé jusqu’alors par le Père MOSMANS devint « collège jésuite », et le Père MONNENS prit le gouvernail comme Recteur du collège.

 

Pendant les vacances de Noël 1942, on déménagea vers l’actuel bâtiment des Pères du collège. A Pâques, on occupa déjà les classes définitives (actuel Cycle Long Supérieur) et le bureau du Recteur. Le collège fonctionna ainsi dans un grand chantier. L’équipe éducative fut une œuvre d’une étroite collaboration entre Missionnaires d’Afrique, Jésuites et laïcs. Les élèves sont tous de souche européenne. Avec la fin de la guerre mondiale en 1945, le collège jésuite pouvait désormais être nommé à bon droit « NOTRE DAME DE LA VICTOIRE ». Les Pères Missionnaires d’Afrique quittèrent le Collège. Les jésuites de Kisantu furent libérés. D’autres jésuites vinrent d’Europe pour renforcer l’équipe du collège.

 

En 1946, suite aux pourparlers engagés par le Père Recteur avec les Frères Maristes, ceux-ci débarquèrent en septembre 1946, au nombre de quatre, pour s’occuper de la section moderne et des classes du primaire. Nommé Représentant personnel du Souverain Pontife auprès de S.M. HAILE SELASSIE, Negus d’Abyssinie, le Père MONNENS quitta le collège le 18 octobre 1946. Le Père JOSE De WOLF assura la charge de vice-recteur jusqu’à Noël 1946 quand arriva le vieux pionnier de la Mission de Kisantu, le Père POL MEULENYZER SJ, comme recteur du collège. En un an, il acheva la salle de fête, bâtit la salle de gymnastique, la maison des frères maristes (actuelle résidence des sœurs de la Compagnie de Marie), la « boyerie » et sa chapelle ainsi que la maison de campagne de Cyangugu (l’actuel noviciat jésuite).

 

En septembre 1947, un nouveau recteur attendait les élèves, le Père PAUL THIENPONT SJ, ancien recteur du collège d’Anvers et de Bruxelles. Ce dernier ayant dû quitter le collège pour des raisons de santé, le Père JOSE DE WOLF fut de nouveau vice-recteur du collège. Il fonda la bibliothèque Humanitas. Quelques jours après la rentrée, réapparut le Père POL MEULENYZER comme Recteur. Il construisit la grotte de Notre Dame de Lourdes dont l’idée venait du Père Jos Van Der Auwera. Le mouvement des recteurs et vice-recteurs va se stabiliser avec la nomination du Père PAUL CROONENBERGHS SJ comme recteur au début de l’année scolaire 1949-1950.

 

Signalons en passant qu’il fut considéré comme « second fondateur » du collège Notre Dame de la Victoire. En cette année scolaire s’ouvrit la section Flamande au collège. Il bâtit les ailes des bâtiments des écoles primaires, introduisit de sérieuses transformations dans la chapelle du collège, construisit la salle de récréation des internes au dessus de la salle de gymnastique. Il bénit le drapeau du collège au cours de la messe célébrée au pied de la grotte. Ce fut le flambeau sacré de la victoire, flanqué des couleurs belges et congolaises. Le Père CROONENBERGHS quitta le collège en février 1954 pour une nouvelle mission en Belgique, celle de construire à l’Institut Supérieur Saint Ignace d’Anvers.

 

Pour une troisième fois le Père JOSE DE WOLF remplaça le Père Recteur jusqu’en janvier 1955 quand arriva le nouveau recteur, le Père MAURICE SCHURMANS SJ. Ce dernier avait été successivement Vicaire Général de la Compagnie de Jésus, Supérieur de la Mission de Kisantu, et Recteur de Lovanium. Cette nomination témoigna de la haute estime que les Supérieurs de la Compagnie avaient pour le collège de Bukavu. La visite du Roi de Belgique et d’autres notoriétés en cours de la même année scolaire confirmera l’importance de ce collège. Entre-temps les travaux de l’étage de la façade principale étaient achevés. Il faut signaler surtout cette année l’arrivée au collège des premiers élèves noirs qui furent bien intégrés dans la communauté scolaire et se sentirent uns avec les autres.

 

L’année 1958 vit la fin de grands travaux du stade. En mars 1958, le Père SCHURMANS fut appelé à la mission de VISITEUR dans les provinces anglophones d’Afrique. Le Père JOSE WOLF remplaça le Recteur pour une quatrième fois jusqu’à la fin de l’année scolaire. Le retour du Père PAUL CROONENBERGHS SJ au début de l’année scolaire 1958-1959 comme Recteur n’étonna personne, bien au contraire devint un motif de joie pour la population de Bukavu et pour le collège. En partant en 1954, le Père Recteur avait laissé 650 élèves. A son retour il se trouva à la tête d’une école de 952 élèves avec un corps professoral de 45 membres. En décembre 1958, en la fête de Saint François Xavier, Mgr Van STEENE consacra la nouvelle chapelle qui deviendra plus tard l’Eglise de la paroisse Saint Pierre Claver de Nguba.

 

Après les événements de l’indépendance qui se passèrent dans une fraternité inimaginable entre belges et congolais, vinrent les événements tragiques de TYSVILLE qui compromirent l’atmosphère paisible qui régna au Kivu. Le collège se transforma en un hôtel de passage et accueillit des passagers divers (religieux, religieuses, réfugiés et techniciens onusiens). Curieusement, en pleine tourmente, alors que l’orage grondait de tous côtés, on continuait à donner des cours au collège. Et un phénomène inattendu se produisit : le collège accueillit des élèves de races différentes et même des filles. En 1962, le collège comptait 26 nationalités différentes parmi les élèves.

 

Pendant les vacances 1962-1963, les Mères de la Compagnie de Marie (Espagnoles) reprirent l’œuvre des Frères Maristes et occupèrent leur ancienne maison. D’autre part les Pères Missionnaires d’Afrique vinrent une fois de plus aider à la section des humanités au collège. Après deux pénibles années, le collège sembla repartir à zéro et pour de bon. Le gouvernement et la population de Bukavu ne rendront jamais assez hommage au Père CROONENBERGHS d’avoir été dans ces pénibles circonstances le soutien de tous, et vraiment le sauveur du collège.

 

Les mots ont manqué aux autorités civiles et religieuses pour dire merci au Père Recteur lors de la clôture du jubilé de 25 ans du collège Notre Dame en 1964. Au cours de ce mois, les Pères jésuites permirent que l’Institut Supérieur Pédagogique de Bukavu profite de son cadre pour ouvrir ses portes au collège Notre Dame de la Victoire. En 1966, le Père Paul CROONENBERGHS passa le bâton de commandement au Père EMILE JANSEN SJ. Alors que l’on croyait avoir franchi toutes les zones de turbulence, les événements de JEAN SCHRAMME vinrent mettre encore une fois à l’épreuve l’hospitalité du collège. En effet, lors de la première prise de la ville de Bukavu le 7 juillet 1967 par les associés de J. SCHRAMME, tous les blancs de Bukavu et des environs se réfugièrent chez les Pères jésuites du collège. Et lors de la prise effective de Bukavu par J. SCHRAMME le 5 août 1967, les Pères du collège et certaines autorités de la ville trouvèrent refuge à la maison de campagne de Cyangugu, et le collège fut transformé de nouveau en caserne militaire, et donc en champ de bataille et de pillage. Son mobilier fut réhabilité plus tard grâce à la coopération technique belge, et grâce à l’intervention personnelle du chef de l’Etat, Monsieur Mobutu, qui intervint en faveur du collège pour l’exemption des frais de dédouanement.

 

En 1973, le Père NICOLAY ERNEST SJ devint Recteur du collège et fut, deux ans plus tard, aux prises avec l’idéologie de l’authenticité qui conduisit le « Collège Notre Dame de la Victoire » au changement de dénomination. En 1975, le « Collège ALFAJIRI » échappa de justesse à la brume de la nationalisation qui a failli le livrer entre les mains des prédateurs. En effet, le consulat belge découragea Monsieur BOURGUIGNON, laïc nommé par le gouvernement, pour diriger le collège. Ce qui fit qu’en fait il n’y eut pas de Recteur nommé pour l’année scolaire 1975-1976. Et le Père Jacques HYE DE CROM fut le Directeur a.i. du collège de mai 1975 à juillet 1976, date d’arrivée du Père Sébastien PELENDA SJ à la tête du collège. La crise de la nationalisation des écoles fit du collège l’« Institut Alfajiri ».

 

A partir de 1976, le collège vécut des moments paisibles et connut une succession de recteurs (Robert ROLANDT SJ, Jules DUBOIS SJ, Léon DE SAINT MOULIN SJ Vice-Recteur, Charles VERHEZEN SJ, Jan CORNELISSEN SJ). En 1994, l’opération turquoise organisée par les français à la suite du changement de régime au Rwanda occasionna un nouveau flux de réfugiés au collège. Les crises qui précédèrent et qui suivirent l’avènement de la troisième République en mai 1997 constituèrent des épreuves douloureuses qui marquèrent la fin du rectorat du Père André CNOCKAERT SJ, et le début de celui du Père Carlos Eduardo MEJIA SJ. La guerre qui plongea ses racines dans la propension à résoudre les différends par les moyens belliqueux transforma une fois de plus le collège en bastion, occupé par les forces onusiennes jusqu’en août 2004.

 

Durant ces événements lugubres, mêlés aux épreuves peu stimulantes pour une stabilité éducative, le collège sut résister au vent et maintenir le cap. Les exemples encourageants des professeurs, la combativité des élèves, la persévérance des parents, la gestion rigoureuse de la direction et l’amitié des autorités civiles et religieuses firent du collège une véritable école de référence dans la région. En septembre 2004, le P. Augustin KALUBI SJ prend la relève en tant que 20e Recteur du collège jusqu’en 2010. Le P. Kalubi est remplacé par le P. José Minaku SJ qui aura la mission d’organiser la célébration du jubilé de diamant du collège en 2012-2013. Il devra interrompre son deuxième mandat au début de 2014 pour assumer la charge de Provincial de l’ACE. Le P. Vincent van Haelst SJ se chargera d’assumer l’intérim jusqu’à l’arrivée, en août 2014, du nouveau Recteur, le P. Carlos Mejia qui revient pour la deuxième fois exercer cette charge. Ancré dans la tradition de l’excellence, le collège jouit d’un prestige indéniable dans l’archidiocèse de Bukavu, et tous les membres de sa communauté scolaire se rangent derrière un seul et même idéal, celui du magis pour le plus grand service de l’humanité. Commencé avec sept élèves en 1938, le collège compte aujourd’hui en moyenne 2.350 élèves pour tout le complexe, comprenant une école maternelle, deux écoles primaires et un cycle secondaire à cinq options.


Succession des recteurs 1938-2018

R.P. Mosmans 1938-1941

R.P. Monnens 1941-1946

R.P. Meulenyzer 1946-1947

R.P. Thienpont 1947-1948

R.P. Meulenyzer 1948-1949

R.P. Croonenberghs 1949-1954

R.P. Schurmans 1954-1958

R.P. Croonenberghs 1958-1966

R.P. Emile Jansen 1966-1973

R.P. Nicolay Ernest 1973-1975

Pas de Recteur en 1975 -1976 I Directeur a.i- Jacques Hye De Crom (voir vice-recteurs)

R.P. Sébastien Pelenda 1976-1977

R.P. Robert Rolandt

R.P. Jules Dubois

R.P. Léon De Saint Moulin

R.P. Charles Verhezen

R.P. Johan Cornelissen

R.P. André Cnockaert 1991-1997

R.P. Carlos Mejia 1998-2004

R.P. Augustin Kalubi 2004-2010

R.P. José Minaku 2010-2014

R.P. Carlos Mejia - depuis 2014

.

.


Vice-Recteurs

R.P. De Wolf oct.- déc. 1946; févr.- oct. 1954

R.P. Van den Broeck oct. 1956 - Févr.1957 ; mai - août 1957 ; avr.- août 1958

R.P. Jaques Hye De Crom 1975-1976 I Directeur a.i

R.P. Vincent Van Haelst mars - août 2014

.

.